21 de July de 2019

A la pointe de l’érotisme féminin – Anaëlle Lebovits-Quenehen (ECF)

Dans son sens courant, l’érotisme relève du désir amoureux, ou plus exactement, de ce qui éveille ce désir. L’érotisme féminin…


Dans son sens courant, l’érotisme relève du désir amoureux, ou plus exactement, de ce qui éveille ce désir. L’érotisme féminin peut ainsi s’entendre de deux façons : soit comme ce qui, chez une femme, éveille le désir de son partenaire, soit, comme ce qui éveille son propre désir à l’endroit de son partenaire. Concernant la première des deux, chez Lacan, grand cas est fait de la parole d’amour qui est, de tous les semblants, le plus à même d’embarquer une femme, à condition qu’elle y perçoive cet accent de vérité qui ne trompe pas et qui fait d’elle, entre toutes, l’élue de son cœur, de son corps, de son âme : unique femme parmi les femmes[1].

Le second aspect de la chose, nous porte à l’appréhension des semblants féminins, soit à la féminité réduite à ces artifices prompts à susciter le désir de l’Autre. Car une femme peut n’être pour son partenaire que la cause de son désir (et de sa jouissance), cet objet a qui ne s’appréhende qu’à partir de la fenêtre de son fantasme et la rend ainsi inatteignable dans le moment même où il croit en être le plus proche. Femmes dans le registre du semblant, nous sommes toutes des Salomé sachant jouer des sept voiles. Approcher ces voiles est la promesse d’y découvrir un rêve de l’homme. Mais les approchant, nous nous garderons d’en lever ne serait-ce qu’un coin, sous peine de devoir lever le voile tout entier, puis celui d’en dessous, puis le suivant, et encore, jusqu’à atteindre l’absence qu’il recouvrait[2] : ce pas-tout qui fait le féminin au sens de Lacan.

Nous voici donc parvenus à l’érotisme féminin au sens lacanien. Et les choses se corsent. Car cette jouissance « féminine » – qui ne concerne pas seulement les femmes d’ailleurs – pour être « supplémentaire »[3], fait pourtant trou dans les semblants. Expliquons-nous sur ce point délicat. Lacan conçoit la jouissance féminine comme excédant ce que les mots, tous les mots, peuvent en dire. Il en déduit qu’elle est hors-sens. C’est à ce titre qu’elle fait trou dans le sens et les dits, quels que soient les tours et détours qu’ils empruntent. Ainsi, dès qu’on tente de la dire, on la perd, dès qu’on prétend l’approcher, elle nous échappe. Et pourtant.

Il faut lire Lacan, dans Encore, décrivant avec tant d’inventivité la jouissance féminine, prenant à rebours le machisme pour en exhiber la lâcheté, subvertissant drastiquement le féminisme qui aspirerait au tout plutôt que d’user du pas-tout, inventant des formules impérissables, forgeant des concepts inédits, mettant au point un tableau à la logique imparable quoi qu’impénétrable au premier abord[4]… N’y démontre-t-il pas, en acte, qu’il est de ces hommes qui ne reculent pas devant l’impossible, de ces hommes « qui sont aussi bien que les femmes » ?

SOEY MILK

Mais s’il y a des hommes « aussi bien que les femmes », comptons aussi des femmes plus hommes qu’elles ne le croient. Quoiqu’elles le prétendent, toutes se défendent en effet (plus ou moins) de cette jouissance féminine qui les « fait quelque part absentes d’elles-mêmes »[5] ! C’est leur manière de n’être pas toute entière à leur inconsistance. L’érotisme féminin est donc aussi à saisir à même ces défenses contre le réel – réel dont la jouissance féminine est l’un des noms – car de ces défenses contre le réel, les femmes ont aussi le sombre secret et par conséquent la jouissance.

L’érotisme féminin, nous l’approchons donc aussi dans le rapport que les femmes entretiennent à l’objet a, volontiers bouchon obturant la jouissance féminine proprement dite[6]. On le saisit dans l’érotisation des objets pulsionnels (regard, voix, objets rien, oral, anal) – qui témoignent, dans le pousse-à-la-femme, d’un sans-limite mortel[7]. On l’aborde encore à travers l’érotisation des enfants que les femmes ont éventuellement et dont elles savent jouir, c’est-à-dire tant se satisfaire que souffrir. On l’aborde enfin dans le rapport que les femmes entretiennent à leur partenaire amoureux ou érotique – les deux ne se recouvrent pas nécessairement – y trouvant trop souvent des femmes consentant à se faire l’objet a d’un partenaire en quête d’un érotisme banal ou ravalant elle-même leur partenaire à un pur objet de jouissance. Il se défend ainsi du réel que constitue le féminin et dont l’éros féminin écope, exactement comme le savoir concernant cet éros écope à son tour.

Mais revenons sur le hors-sens dont la jouissance féminine relève comme telle, pour réaffirmer qu’il ne saurait constituer une excuse pour n’en rien vouloir savoir. Si toute tentative d’en parler (ou quasi) échoue sur la diffamation (ou la dit-femmation)[8], tâcher d’en dire quelque chose trouve sa condition sine qua non dans la considération de ce que le moindre énoncé sur la question s’articule à un impossible. L’impossible en jeu est alors à concevoir comme une provocation à dire tout de même plus que comme une invitation à y renoncer. Une mise au défi, en somme, devant laquelle il n’est pas question de se dérober. Ceux qui s’y essaient, hommes et femmes aussi bien, attestent du rapport qu’ils entretiennent à l’éros féminin qui les habite comme à l’impossible en jeu. Si Lacan ne réserve pas l’érotisme féminin aux seules femmes, tout l’enjeu est là : faisons ici comme lui en ce qu’il a d’inimitable, c’est-à-dire de féminin !

SOEY MILK

Tâchant de dire la Chose impossible à dire, ceux qui ne renoncent pas à dire quelque chose d’inédit de la jouissance féminine en apprennent certainement autant sur la jouissance qui met les mots au défi que sur leur propre rapport à cette jouissance. Car l’un ne va pas sans l’autre. J’avancerai donc cette thèse : selon la façon dont on échoue à dire adéquatement ce qu’est le féminin, on indique en même temps le rapport qu’on entretient au trou dans le savoir que le féminin fait surgir. Et c’est justement ce qui nous permet de saisir en quoi consiste le style d’un sujet : il réside tout entier non pas tant dans sa façon de réussir à dompter l’impossible, mais précisément dans sa façon, plus ou moins convaincante, de rater face à l’impossible. Ceux qui s’y emploient se font ainsi volontiers héros de l’eros. Car érotisme féminin et héroïsme (qui est toujours féminin lui aussi) ont partie liée : pas de dire juste sur l’éros féminin qui n’en passe par un certain courage !

[1] Cf. Titre de LCD n°81, « Femme parmi les femmes »

[2] AE, Préface à l’éveil du printemps, p.

[3] S20, p.68

[4] S20, p.73

[5] S20, p.36

[6] S20, p.36

[7] AE, Étourdit, p.466

[8] S20, p.79

Related Posts

Por onde anda a “sensibilidade inteligente”? – Marcia Stival Onyszkiewicz (EBP)

7 de julho de 2019

7 de julho de 2019

Por onde anda a “sensibilidade inteligente”[1]? Inicio minha participação no Blog da AMP, salientando ecos extraídos do cotidiano e que...

La “sensibilitée intelligente”, où est-elle ? – Marcia Stival Onyszkiewicz (EBP)

7 de julho de 2019

7 de julho de 2019

La “sensibilitée intelligente”, où est-elle ?[1] Je commence ma participation au blog de l’AMP, en soulignant les échos extraits de...

Dangerous Attraction, politics and religion – by Daniela Affonso (EBP)

13 de junho de 2019

13 de junho de 2019

I’ve always imagined the following scene as one of solemnity. Freud, invited by North-American psychologist Stanley Hall to speak at...

Atração perigosa, política e religião – Daniela Affonso (EBP)

13 de junho de 2019

13 de junho de 2019

TEXTO EM PORTUGUÊS   Sempre imaginei a cena seguinte como um momento solene. Freud, convidado a ir aos Estados Unidos...

All- Inclusive… Language? – by Isolda Alvarez

6 de junho de 2019

6 de junho de 2019

The beginning of this century has brought many changes… we have been catching up with them long time ago. One...

Phallus, Paranoïa et bricolage (Deuxième partie) – Marcus André Vieira (EBP)

26 de Maio de 2019

26 de Maio de 2019

(ou Notes de psychanalyse, sexe et politique) L’équation phallocentrique est la superposition pénis et phallus, en tant qu’une seule et...

Falo, paranoia e bricolagem ( segunda parte) – Marcus André Vieira (EBP)

21 de Maio de 2019

21 de Maio de 2019

(ou Notas de psicanálise, sexo e política, segunda parte) A equação falocêntrica é a superposição pênis e falo, como uma...

Una amistad más digna – Patricia Moraga (EOL)

20 de Maio de 2019

20 de Maio de 2019

A lo largo de la historia de Occidente, la política de la amistadparece haber estado marcada, según Derrida, por el...

A propos du phallocentrisme – Marcus André Vieira (EBP)

29 de Abril de 2019

29 de Abril de 2019

(ou Notes de psychanalyse, sexe et politique, première partie)* Qu’est-ce que le phallocentrisme ? Quel est son rapport au phallus...

Sobre o falocentrismo (ou Notas de psicanálise, sexo e política, primeira parte) – Marcus André Vieira (EBP)

28 de Abril de 2019

28 de Abril de 2019

O que é falocentrismo? O que é falo? E porque falam em queda do patriarcado e do falocentrismo se por...

When the State becomes Troumatism – Isolda Alvarez (NLS) ENGLISH

24 de Fevereiro de 2019

24 de Fevereiro de 2019

Beyond the political ideologies to which someone can affiliate or not, a political position is inevitably inhabited by the ethical...

Cuando el Estado se hace troumatismo – Isolda Alvarez (NLS) ESPAÑOL

24 de Fevereiro de 2019

24 de Fevereiro de 2019

Si una de las indicaciones que hizo Jacques Lacan, es que el “psicoanalista debe estar a la altura de la...

¿Es el psicoanálisis un modo (entre otros) de narrar? – Patricia Moraga (español)

10 de Fevereiro de 2019

10 de Fevereiro de 2019

Hay una relación estrecha entre la narración y el psicoanálisis. En las tragedias griegas, el héroe se encuentra atravesado, dominado,...

A psicanálise é um modo (dentre outros) de narrar? – Patricia Moraga (português)

10 de Fevereiro de 2019

10 de Fevereiro de 2019

Existe uma estreita relação entre a narrativa e a psicanálise. Nas tragédias gregas, o herói se encontra atravessado, dominado, por...

Le Mariage, les mariés, la mariée – Anaëlle Lebovits-Quenehen

11 de Janeiro de 2019

11 de Janeiro de 2019

Blog AMP jan 2019 Vers une normalisation de l’éros Le nombre des symptômes que constitue l’union de deux êtres est...

Comments
Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

Esse site utiliza o Akismet para reduzir spam. Aprenda como seus dados de comentários são processados.