9 de August de 2020

A la pointe de l’érotisme féminin – Anaëlle Lebovits-Quenehen (ECF)

Dans son sens courant, l’érotisme relève du désir amoureux, ou plus exactement, de ce qui éveille ce désir. L’érotisme féminin…


Dans son sens courant, l’érotisme relève du désir amoureux, ou plus exactement, de ce qui éveille ce désir. L’érotisme féminin peut ainsi s’entendre de deux façons : soit comme ce qui, chez une femme, éveille le désir de son partenaire, soit, comme ce qui éveille son propre désir à l’endroit de son partenaire. Concernant la première des deux, chez Lacan, grand cas est fait de la parole d’amour qui est, de tous les semblants, le plus à même d’embarquer une femme, à condition qu’elle y perçoive cet accent de vérité qui ne trompe pas et qui fait d’elle, entre toutes, l’élue de son cœur, de son corps, de son âme : unique femme parmi les femmes[1].

Le second aspect de la chose, nous porte à l’appréhension des semblants féminins, soit à la féminité réduite à ces artifices prompts à susciter le désir de l’Autre. Car une femme peut n’être pour son partenaire que la cause de son désir (et de sa jouissance), cet objet a qui ne s’appréhende qu’à partir de la fenêtre de son fantasme et la rend ainsi inatteignable dans le moment même où il croit en être le plus proche. Femmes dans le registre du semblant, nous sommes toutes des Salomé sachant jouer des sept voiles. Approcher ces voiles est la promesse d’y découvrir un rêve de l’homme. Mais les approchant, nous nous garderons d’en lever ne serait-ce qu’un coin, sous peine de devoir lever le voile tout entier, puis celui d’en dessous, puis le suivant, et encore, jusqu’à atteindre l’absence qu’il recouvrait[2] : ce pas-tout qui fait le féminin au sens de Lacan.

Nous voici donc parvenus à l’érotisme féminin au sens lacanien. Et les choses se corsent. Car cette jouissance « féminine » – qui ne concerne pas seulement les femmes d’ailleurs – pour être « supplémentaire »[3], fait pourtant trou dans les semblants. Expliquons-nous sur ce point délicat. Lacan conçoit la jouissance féminine comme excédant ce que les mots, tous les mots, peuvent en dire. Il en déduit qu’elle est hors-sens. C’est à ce titre qu’elle fait trou dans le sens et les dits, quels que soient les tours et détours qu’ils empruntent. Ainsi, dès qu’on tente de la dire, on la perd, dès qu’on prétend l’approcher, elle nous échappe. Et pourtant.

Il faut lire Lacan, dans Encore, décrivant avec tant d’inventivité la jouissance féminine, prenant à rebours le machisme pour en exhiber la lâcheté, subvertissant drastiquement le féminisme qui aspirerait au tout plutôt que d’user du pas-tout, inventant des formules impérissables, forgeant des concepts inédits, mettant au point un tableau à la logique imparable quoi qu’impénétrable au premier abord[4]… N’y démontre-t-il pas, en acte, qu’il est de ces hommes qui ne reculent pas devant l’impossible, de ces hommes « qui sont aussi bien que les femmes » ?

SOEY MILK

Mais s’il y a des hommes « aussi bien que les femmes », comptons aussi des femmes plus hommes qu’elles ne le croient. Quoiqu’elles le prétendent, toutes se défendent en effet (plus ou moins) de cette jouissance féminine qui les « fait quelque part absentes d’elles-mêmes »[5] ! C’est leur manière de n’être pas toute entière à leur inconsistance. L’érotisme féminin est donc aussi à saisir à même ces défenses contre le réel – réel dont la jouissance féminine est l’un des noms – car de ces défenses contre le réel, les femmes ont aussi le sombre secret et par conséquent la jouissance.

L’érotisme féminin, nous l’approchons donc aussi dans le rapport que les femmes entretiennent à l’objet a, volontiers bouchon obturant la jouissance féminine proprement dite[6]. On le saisit dans l’érotisation des objets pulsionnels (regard, voix, objets rien, oral, anal) – qui témoignent, dans le pousse-à-la-femme, d’un sans-limite mortel[7]. On l’aborde encore à travers l’érotisation des enfants que les femmes ont éventuellement et dont elles savent jouir, c’est-à-dire tant se satisfaire que souffrir. On l’aborde enfin dans le rapport que les femmes entretiennent à leur partenaire amoureux ou érotique – les deux ne se recouvrent pas nécessairement – y trouvant trop souvent des femmes consentant à se faire l’objet a d’un partenaire en quête d’un érotisme banal ou ravalant elle-même leur partenaire à un pur objet de jouissance. Il se défend ainsi du réel que constitue le féminin et dont l’éros féminin écope, exactement comme le savoir concernant cet éros écope à son tour.

Mais revenons sur le hors-sens dont la jouissance féminine relève comme telle, pour réaffirmer qu’il ne saurait constituer une excuse pour n’en rien vouloir savoir. Si toute tentative d’en parler (ou quasi) échoue sur la diffamation (ou la dit-femmation)[8], tâcher d’en dire quelque chose trouve sa condition sine qua non dans la considération de ce que le moindre énoncé sur la question s’articule à un impossible. L’impossible en jeu est alors à concevoir comme une provocation à dire tout de même plus que comme une invitation à y renoncer. Une mise au défi, en somme, devant laquelle il n’est pas question de se dérober. Ceux qui s’y essaient, hommes et femmes aussi bien, attestent du rapport qu’ils entretiennent à l’éros féminin qui les habite comme à l’impossible en jeu. Si Lacan ne réserve pas l’érotisme féminin aux seules femmes, tout l’enjeu est là : faisons ici comme lui en ce qu’il a d’inimitable, c’est-à-dire de féminin !

SOEY MILK

Tâchant de dire la Chose impossible à dire, ceux qui ne renoncent pas à dire quelque chose d’inédit de la jouissance féminine en apprennent certainement autant sur la jouissance qui met les mots au défi que sur leur propre rapport à cette jouissance. Car l’un ne va pas sans l’autre. J’avancerai donc cette thèse : selon la façon dont on échoue à dire adéquatement ce qu’est le féminin, on indique en même temps le rapport qu’on entretient au trou dans le savoir que le féminin fait surgir. Et c’est justement ce qui nous permet de saisir en quoi consiste le style d’un sujet : il réside tout entier non pas tant dans sa façon de réussir à dompter l’impossible, mais précisément dans sa façon, plus ou moins convaincante, de rater face à l’impossible. Ceux qui s’y emploient se font ainsi volontiers héros de l’eros. Car érotisme féminin et héroïsme (qui est toujours féminin lui aussi) ont partie liée : pas de dire juste sur l’éros féminin qui n’en passe par un certain courage !

[1] Cf. Titre de LCD n°81, « Femme parmi les femmes »

[2] AE, Préface à l’éveil du printemps, p.

[3] S20, p.68

[4] S20, p.73

[5] S20, p.36

[6] S20, p.36

[7] AE, Étourdit, p.466

[8] S20, p.79

Related Posts

La dignidad del síntoma – Andrea V. Zelaya (EOL)

31 de julho de 2020

31 de julho de 2020

[1] Me he servido de las líneas de reflexión presentadas en el IX Encuentro Americano de Psicoanálisis de la Orientación...

Entre el sentido y lo real, la improvisación – Omar Battisti(SLP)

24 de julho de 2020

24 de julho de 2020

texto original en Attualitá Lacaniana n° 22, traducido por Debora Liberman (Buenos Aires)   “Las casualidades nos  empujan a diestra...

 Víctimas del abuso en el verde paraíso de los amores infantiles* – Roberto Ileyassoff (EOL)

15 de julho de 2020

15 de julho de 2020

*(Texto correspondiente al posteo de Radio Lacan del 25-5-2015, en el marco de PIPOL 7) La prostitución infantil es execrable,...

Aguafuertes analíticas – Alejandra Breglia (EOL)

25 de junho de 2020

25 de junho de 2020

  El eco de los aplausos resuena, me sorprenden las nueve de la noche. Debería estar preparando la cena, pero...

Clorox & Parkz – Isolda Alvarez (NLS)

2 de junho de 2020

2 de junho de 2020

Psychoanalysts invest their lives re-inventing the ways in which they deal with their own versions of the real, what jouissance...

El despertador – Patricia Moraga (EOL)

6 de Maio de 2020

6 de Maio de 2020

¿Cómo puedo estar segura de que no estoy soñando? Podría ser que, ahora mismo, lo que creo que es realidad...

Banality of the Real – Bogdan Wolf (London Society-NLS)

6 de Maio de 2020

6 de Maio de 2020

It is not a secret that Count Johnson has been using services of various cunning advisers who stand behind his...

The Real of Analytic Abstinence – Geert Hoornaert, Belgium (KRING-NLS)

28 de Abril de 2020

28 de Abril de 2020

  from Lacanian Review Online After Freud pointed out that nothing can be killed in absentia or in effigy, Lacan...

UNA FANTASIA – Néstor Yellati (EOL)

23 de Abril de 2020

23 de Abril de 2020

publicado en Grama Ediciones #CrónicasXXI-31 Pertenezco al gran grupo de los indignados.  Si, mi indignación, como la de muchos, supero...

La sombra de una sociedad policial aún se cierne sobre el futuro – Óscar Ventura (ELP)

20 de Abril de 2020

20 de Abril de 2020

Publicado em Diario  – 13 de abril de 2020 Óscar Ventura lleva semanas atendiendo en Alicante las urgencias de sus...

El reto del sinsentido en la era digital – José R. Ubieto. Psicoanalista en Barcelona (ELP)

17 de Abril de 2020

17 de Abril de 2020

  En la era digital, el humor toma la delantera a lo cómico y al chiste. Millones de memes invaden...

Encontrar en el mismo impasse de una situación la fuerza vital del deseo – Marie-Hélène Brousse (ECF)

31 de Março de 2020

31 de Março de 2020

Traduccíon Karen Edelsztein   “Es la guerra contra el virus “. “Guerra”, este fue el punto de almohadillado en el...

¿Un mundo en cuarentena? – José R. Ubieto (ELP)

14 de Março de 2020

14 de Março de 2020

 El COVID-19 [1]es un nuevo nombre de lo real, eso que de entrada no tiene todo el sentido ya que ...

Ciencia y sueño – El sueño, el dormir y lo intraducible – Gustavo Stiglitz (EOL)

28 de Fevereiro de 2020

28 de Fevereiro de 2020

  “Todas las ciencias descansan en observaciones y experiencias mediadas por nuestro aparato psíquico; pero como nuestra ciencia tiene como...

Un análisis de las masas a partir de las modalidades del Uno, el plus de goce y el no-todo – Marcela Ana Negro (EOL)

4 de Fevereiro de 2020

4 de Fevereiro de 2020

En “Psicología de las masas y análisis del yo”, Sigmund Freud señala: “Habría que prestar atención a las masas de...

Comments
Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

Esse site utiliza o Akismet para reduzir spam. Aprenda como seus dados de comentários são processados.