9 de August de 2020

A propos du phallocentrisme – Marcus André Vieira (EBP)

(ou Notes de psychanalyse, sexe et politique, première partie)* Qu’est-ce que le phallocentrisme ? Quel est son rapport au phallus…


(ou Notes de psychanalyse, sexe et politique, première partie)*

Qu’est-ce que le phallocentrisme ? Quel est son rapport au phallus ? Et déjà est-ce que l’on serait bien d’accord sur ce qu’on appelle phallus ? Et pourquoi parle-t-on de la chute du patriarcat et du phallocentrisme si partout il y a de plus en plus de gens qui assurent leur pouvoir par la force des muscles ? Freud, est-il phallocentrique ? Lacan aussi ?

Assumons qu’une programmation, génétique ou bien culturelle, définit le possible et l’impossible de notre plaisir. Cela ne signifie pas pour autant qu’une identité de genre fixe y soit également définie. C’est précisément le point autour duquel tourne le débat sur le prétendu phallocentrisme freudien, soutenu surtout par des faits de méconnaissance. Freud a décrit de quelle façon était organisé à son époque le sexuel, soulignant le rôle du phallus à la base des identités standards de son temps. Cela revenait surtout à indiquer comment une analyse prenait ses assises justement de l’échec de cette identification et travaillait à son insu. On a compris, au contraire, que Freud en faisait l’apologie et prônait la restauration de l’identité phallique.

Je voudrais reprendre les axes du débat dans ses éléments conceptuels sous forme de propositions affirmatives. Malgré leur apparence dogmatique, prenez-les plutôt comme les points les plus saillants de la discussion. Vous verrez que la liste veut avant tout indiquer surtout que la psychanalyse ex-siste à ce débat, étant donné qu’elle poursuit son mode de traitement du réel dans un régime phallocentrique ou non.

  1. Le phallus est une image de complétude

Une partie du corps qui de temps en temps se raidit et fait plaisir est choisie. Ensuite on fixe cet organe en son érection. Le pénis, extrait de la nature du corps, sera ainsi placé sous cette forme dans des totems, des statues etc. Il devient le phallus. La vie qui éventuellement ébranlait cet organe sera dorénavant éternisée et totalisée. C’est le phallus du corps des dieux, éternellement érigé, imaginaire. Soyons clairs : le phallus n’a jamais été le pénis, c’est juste le pénis “à la perfection”.

  1. Le phallus est un opérateur négatif

Freud a souligné combien l’idée d’un phallus en érection en permanence a un effet paradoxal sur ceux qui y croient. Les organes de la réalité quotidienne, qui ne sont jamais tout le temps dans cet état, seront marqués par une faute. Freud l’a appelé castration et Lacan l’a formalisé comme une loi générale de négativité. La castration n’a rien à voir avec la mutilation, mais avec le fait qu’on n’est jamais infaillible (comme, par exemple, dans les films pornographiques). La croyance en l’existence du phallus imaginaire a un effet sur tous les corps mortels qui assument cette prémisse, laquelle devient ainsi un index négatif, signe du désir. C’est ce que Lacan développe dans son Séminaire 10 à propos de la tumescence et de la détumescence de l’organe.

  1. Le phallus est par nature ambigu

Toute puissance ou marque du négatif ? Phallus imaginaire ou symbolique ? Le phallus est-il pouvoir de prestance ou bien signifiant du manque, du désir ? Il est étonnant de constater que tout le monde n’a d’yeux que pour le premier aspect du phallus, mais en réalité, ils sont inséparables. Il a fallu que Freud, puis Lacan, viennent élucider ce deuxième rôle phallique, de négativisation de la jouissance (ce qui ne veut pas dire qu’ils l’ont promu comme droit chemin de la sexualité humaine).

  1. Le phallus est un opérateur de partage

La croyance au phallus imaginaire distribue encore cette négativité de manière binaire. Certains croiront l’avoir dans le corps, à portée de la main. Ils seront les masculins. Ce n’est pas aussi bien que ça peut en avoir l’air. Ceux-ci, plus que quiconque, sentiront que quelque chose ne tourne pas rond. Contrairement au phallus des dieux, les leurs sont généralement flasques et seulement occasionnellement debout, de sorte qu’ils seront hantés à jamais par la peur de l’échec. D’autres, de croire qu’ils ne l’ont pas, que cette petite chose qui fait leur bonheur masturbatoire enfantin était une erreur, auront besoin, pour jouir, de passer par l’entremise d’un autre corps. Cet autre mode, plus explicite, de négativité phallique dans le corps les conduira toutefois à un plaisir beaucoup moins limité, le cas échéant. Sans craindre de perdre ce qu’ils n’ont pas, ces êtres seront plus intensément “tout ou rien”. Ils seront dits femmes. Le phallus (dans son aspect symbolique et logique) est un distributeur de la négativité de manière complémentaire.

  1. Le falocentrisme suppose que seul le pénis peut être le phallus.

Seuls ceux qui ont un pénis peuvent être des hommes ? Seulement ils peuvent-ils être reconnus par cette combinaison d’action et de lâcheté qui caractériserait la masculinité ? Freud a dit que non. Il suffit d’être sûr que l’on a du plaisir toujours sous la main, grâce à un ensemble complexe d’identifications et d’interdictions qu’il a appelé complexes de castration et d’Œdipe, pour se vivre dans son corps à la mode masculine. Il en va de même pour les êtres qui s’identifieront comme des femmes, même s’ils ont un pénis, puisque l’orientation sexuelle n’est pas définie par rapport à l’organe, mais à la prémisse phallique. Une société se stabilise fermement par ce binarisme phallique qui, comme dit Lacan, est un modèle adaptatif pour le développement de l’espèce. Cela parce que cette distribution binaire fonctionne comme l’anecdote de l’hôtesse de l’air qui propose à un passager le diner. Il lui demande “quelles sont mes options ?” Et elle répond “oui ou non”. Cela a l’air bête, c’est vrai, mais pour cette raison même, c’est stable.

Le problème n’est pas là, mais se présente quand on prend ces deux identités comme naturelles et universelles, comme s’il ne pouvait exister d’autres possibilités de satisfaction en dehors du binarisme œdipien, sauf en termes de pathologie ou de déviation. C’est le centre de l’équation phallocentrique, la superposition du pénis et le phallus dans une seule et même entité, garantie par l’évocation d’une nature divine, de la biologie ou de la bible. Il serait dans la nature de l’homme d’avoir un accès direct au pouvoir et à la jouissance. Dans l’autre côté, il serait le propre de la femme, d’en avoir un accès indirect. Et il serait de la nature des choses qu’il n’existe que ces deux types de formes de vie sexuelle, masculine et féminine.

La princesse – Louise Bougeois

Mais …

Le phallocentrisme a été sérieusement ébranlé ces derniers temps. Cela peut se discuter car on note aussi la résurgence de discours radicaux visant le pouvoir phallique à travers le monde, ce qui semblerait nier cet ébranlement. Ne pourrait-elle pas attester, comme le propose E. Laurent, exactement une réaction à la chute du patriarcat ? En ce sens, ce désir d’une violente restauration du pouvoir mâle et blanc ne confirmerait-il pas qu’il y a eu un bouleversement dans les assises du système phallique ? C’est ce qui justifierait le terme réactionnaire à ce mouvement qui dans le cas du Brésil a pris forme d’une demande musclée et stupide de restauration de l’ordre phallique, désormais au pouvoir.

Pourquoi l’ordre patriarcal était-il si ébranlé ? De nombreuses causes pourraient être évoquées, je vous en propose deux.

D’un côté, la procréation assistée réduit l’importance culturelle de sacraliser la différence entre hommes et femmes, ce qui affaiblie considérablement le rôle de la famille en tant que siège de la différence binaire entre les sexes. D’autre part, Google, en tant que paradigme d’un nouveau mode de rapport au savoir (infiniment disponible et disponible à l’infini), efface l’idée que le savoir provient de l’expérience accumulée par une génération, qui pourra ensuite être transmis à l’autre.

Pour ces raisons ou pour d’autres, le fait est que “père et mère” et “homme et femme” ne sont plus indispensables à la survie de l’espèce. Ce n’était pas la faute de la gauche ou, dans le cas du Brésil, des années du PT au pouvoir.

Que dire du phallocentrisme, de la démocratie et de la psychanalyse dans ce contexte?

(suite).

*Esse texto retoma o essencial de minha fala na abertura do XXII Encontro Brasileiro do Campo Freudiano, A queda do falocentrismo – consequências para a psicanálise, Rio de Janeiro, Novembro de 2018.

Related Posts

La dignidad del síntoma – Andrea V. Zelaya (EOL)

31 de julho de 2020

31 de julho de 2020

[1] Me he servido de las líneas de reflexión presentadas en el IX Encuentro Americano de Psicoanálisis de la Orientación...

Entre el sentido y lo real, la improvisación – Omar Battisti(SLP)

24 de julho de 2020

24 de julho de 2020

texto original en Attualitá Lacaniana n° 22, traducido por Debora Liberman (Buenos Aires)   “Las casualidades nos  empujan a diestra...

 Víctimas del abuso en el verde paraíso de los amores infantiles* – Roberto Ileyassoff (EOL)

15 de julho de 2020

15 de julho de 2020

*(Texto correspondiente al posteo de Radio Lacan del 25-5-2015, en el marco de PIPOL 7) La prostitución infantil es execrable,...

Aguafuertes analíticas – Alejandra Breglia (EOL)

25 de junho de 2020

25 de junho de 2020

  El eco de los aplausos resuena, me sorprenden las nueve de la noche. Debería estar preparando la cena, pero...

Clorox & Parkz – Isolda Alvarez (NLS)

2 de junho de 2020

2 de junho de 2020

Psychoanalysts invest their lives re-inventing the ways in which they deal with their own versions of the real, what jouissance...

El despertador – Patricia Moraga (EOL)

6 de Maio de 2020

6 de Maio de 2020

¿Cómo puedo estar segura de que no estoy soñando? Podría ser que, ahora mismo, lo que creo que es realidad...

Banality of the Real – Bogdan Wolf (London Society-NLS)

6 de Maio de 2020

6 de Maio de 2020

It is not a secret that Count Johnson has been using services of various cunning advisers who stand behind his...

The Real of Analytic Abstinence – Geert Hoornaert, Belgium (KRING-NLS)

28 de Abril de 2020

28 de Abril de 2020

  from Lacanian Review Online After Freud pointed out that nothing can be killed in absentia or in effigy, Lacan...

UNA FANTASIA – Néstor Yellati (EOL)

23 de Abril de 2020

23 de Abril de 2020

publicado en Grama Ediciones #CrónicasXXI-31 Pertenezco al gran grupo de los indignados.  Si, mi indignación, como la de muchos, supero...

La sombra de una sociedad policial aún se cierne sobre el futuro – Óscar Ventura (ELP)

20 de Abril de 2020

20 de Abril de 2020

Publicado em Diario  – 13 de abril de 2020 Óscar Ventura lleva semanas atendiendo en Alicante las urgencias de sus...

El reto del sinsentido en la era digital – José R. Ubieto. Psicoanalista en Barcelona (ELP)

17 de Abril de 2020

17 de Abril de 2020

  En la era digital, el humor toma la delantera a lo cómico y al chiste. Millones de memes invaden...

Encontrar en el mismo impasse de una situación la fuerza vital del deseo – Marie-Hélène Brousse (ECF)

31 de Março de 2020

31 de Março de 2020

Traduccíon Karen Edelsztein   “Es la guerra contra el virus “. “Guerra”, este fue el punto de almohadillado en el...

¿Un mundo en cuarentena? – José R. Ubieto (ELP)

14 de Março de 2020

14 de Março de 2020

 El COVID-19 [1]es un nuevo nombre de lo real, eso que de entrada no tiene todo el sentido ya que ...

Ciencia y sueño – El sueño, el dormir y lo intraducible – Gustavo Stiglitz (EOL)

28 de Fevereiro de 2020

28 de Fevereiro de 2020

  “Todas las ciencias descansan en observaciones y experiencias mediadas por nuestro aparato psíquico; pero como nuestra ciencia tiene como...

Un análisis de las masas a partir de las modalidades del Uno, el plus de goce y el no-todo – Marcela Ana Negro (EOL)

4 de Fevereiro de 2020

4 de Fevereiro de 2020

En “Psicología de las masas y análisis del yo”, Sigmund Freud señala: “Habría que prestar atención a las masas de...

Comments
Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

Esse site utiliza o Akismet para reduzir spam. Aprenda como seus dados de comentários são processados.