6 de August de 2020

Arguments – PART. 2 par Éric Zuliani

  L’attentat sexuel hante les premiers pas de la découverte de Freud. À la recherche d’une cause pouvant rendre compte…


 

L’attentat sexuel hante les premiers pas de la découverte de Freud. À la recherche d’une cause pouvant rendre compte des symptômes – d’abord hystériques -, ses lettres à Fliess et ses premiers écrits dressent le constat que quelque chose cloche dans la sexualité des êtres parlants : impuissance, éjaculation précoce, frigidité s’inscrivent déjà dans des portraits de patients qui lui parlent. Remontant le fil de la causalité des symptômes, Freud ne trouve, pourtant, que souvenir venant en remplacer un autre, scène se substituant à une autre scène, formant autant de chaînes signifiantes qui mènent invariablement en un domaine où sexualité et traumatisme forment un noeud tenant lieu d’un réel. Il en déduit une causalité inédite où quelque chose attente à la constitution subjective de l’être parlant qui se trouve impliqué, à son corps défendant, par l’intrusion de l’Autre, « de son savoir, de son désir et de sa jouissance1 ». Le corps, justement, en est durablement marqué d’un trop d’excitation sexuelle insensé qui exile le sujet dans une sexualité toujours symptomatique. Comment la psychanalyse opère sur cette « implication » ? Ses Trois essais sur la théorie sexuelle explorent la manière dont hommes et femmes, à égalité au regard de l’instance d’une sexualité ne relevant déjà plus de la biologie, sont le siège d’une activité sexuelle guidée par l’impératif de la pulsion, n’incluant pas l’Autre sexué. Lacan éclaire les montages baroques de la pulsion, mixe d’imaginaire et de symbolique, et la part qui y échappe, trouant la rencontre sexuelle de son aphorisme : il n’y a pas de rapport sexuel. Oui, mais il y a cette jouissance, absolue, hors-corps et qui vous harcèle : demandant ses droits, elle confine à la solitude et fait obstacle à la sexualité. L’être parlant se trouve pris entre l’insistance pulsionnelle et ce qui le pousse au oui et au non dans son rapport à l’Autre. D’où la subtile interrogation de Vanessa Springora sur la question du consentement2 qui éclaire ce non-lieu de la rencontre amoureuse où tentent de se nouer corps jouissant et langage, par les voies du désir et de l’amour. Quels sont ces nouages ? Et quand le noeud se défait, quelles en sont les conséquences ? L’attentat sexuel se loge dans cette zone où s’inventent les rencontres en lieu et place des non-rapports : non-rapport sexuel et non-rapport de parole. C’est aussi l’endroit où les femmes et les hommes sont engagés dans des liaisons inconscientes sans garantie. Le sexuel n’y est qu’un horizon, où un homme ne jouit pas du corps d’une femme, mais uniquement de son propre corps, où une femme, au nom d’un vouloir être aimée parfois ravageant, se prête à la sexualité de son partenaire, où le mot qui blesse n’est jamais loin. Les questions actuelles des mouvements féministes – #metoo compris sur les violences faites aux femmes, sur la dénonciation d’une « culture du viol » par exemple, s’adressent aux hommes et sont à explorer. Car l’orientation lacanienne peut s’en faire la destinataire. En 1969, Lacan donne une indication qui peut nous y guider : « Que toute la théorie de l’analyse, dit-on quelquefois, se développe dans une filière androcentrique, ce n’est certes pas la faute des hommes, comme on le croit. En particulier, ce n’est pas parce qu’ils dominent. C’est parce qu’ils ont perdu les pédales. À partir de ce moment-là, il n’y a plus que les femmes, et spécialement les femmes hystériques, qui y comprennent quelque chose.3 » À partir de l’expérience analytique, qu’est-ce que les femmes ont, en effet, à nous apprendre sur le sexe ; quelle est l’actualité des hommes en analyse, de leurs conditions de désir que Freud épingla en son temps comme névrotiques, et des destins de celles-ci au décours et à la fin d’une analyse ?

1. Miller J.-A., « L’enfant et le savoir », Peurs d’enfants,
Paris, Navarin, coll. La petite Girafe, 2011, p. 18-19.
2. Springora V., Le consentement, Paris, Grasset, 2020.
3. Lacan J., Le Séminaire, livre xvi, D’un Autre à l’autre,
Paris, Seuil, 2006, p. 212.

Related Posts

Un Congreso que se hace desear, un Scilicet nuevísimo – Angelina Harari (EBP)

20 de julho de 2020

20 de julho de 2020

¡Tenemos el gusto de anunciarles la publicación de Scilicet-Rêve: cinco volúmenes! – uno para cada una de las lenguas de...

ATTENTAT SEXUEL – 50es Journées de l’ECF

15 de junho de 2020

15 de junho de 2020

LES QUATRE ARGUMENTS PART. 1 PAR LAURENT DUPONT Attentat sexuel, l’expression vient de Freud. Citons ce passage, il s’agit d’Emma...

Sexuação: a não-identidade do sexo – (Much Ado about Nothing) – Enric Berenguer (ELP)

4 de Maio de 2020

4 de Maio de 2020

  Praticamente nenhum significante-mestre em nossa época resistiu à comoção daquilo que o “desconstrucionismo”, acreditando-se agente, foi apenas um sintoma...

The Clinical Study Days 13 (CSD13) – Isolda Alvarez and Juan Felipe Arango (NLS)

26 de Março de 2020

26 de Março de 2020

Jouissance: The stuff that dreams are made of, were successfully held on New York from February 21st to 23th,2020. Gratefully...

Entrevista a Eric Laurent por Raquel Cors Ulloa Parte 2

11 de Março de 2020

11 de Março de 2020

Raquel Cors Ulloa: Éric, usted en su reciente reflexión sobre tres encuentros entre lo femenino y la no relación sexual[1],...

Todo el mundo quiere éxtasis – Marisa Morao (EOL)

9 de Março de 2020

9 de Março de 2020

    Comentario sobre el artículo Why Do We Think Suffering Is Good for Us? publicado en https://www.nytimes.com/2019/03/07/opinion/ketamine-depression.html Un enfoque...

Isak Dinesen, A feminilidade e a letra – Miquel Bassols (ELP)

1 de Março de 2020

1 de Março de 2020

  A relação entre a feminilidade * e a letra[1] foi colocada por Jacques Lacan em inúmeras ocasiões ao longo...

La máquina de grabar los sueños y su ininterpretable – Marga Auré (ECF)

15 de Fevereiro de 2020

15 de Fevereiro de 2020

  Si Freud ve en los sueños la vía real de acceso al inconsciente, la ciencia también se ha interesado...

The Feminine Uncanny, Saying the unsayable – Marcela Antelo and Iordan Gurgel (EBP)

14 de Fevereiro de 2020

14 de Fevereiro de 2020

translated by Marcela Antelo reviewed by Nicholas Csergo  and Gary Marshall 23rd Brazilian Encounter of the Freudian Field / 20th...

Le féminin unheimlich, Dire l’indicible – Marcela Antelo et Iordan Gurgel (EBP)

9 de Fevereiro de 2020

9 de Fevereiro de 2020

Traduction : Nicholas Csergo Révision : Pierre Louis Brisset Présentation de la XXIII Rencontre Brésilienne du Champ Freudien Le féminin est...

BOOMERANG – Beatriz Gonzalez-Renou (ECF)

9 de Fevereiro de 2020

9 de Fevereiro de 2020

HEBDO-BLOG Ce texte est un extrait de l’intervention de Beatriz Gonzalez-Renou à « Question d’École », le 1er février 2020. Si dès...

Infans #0 – Boletin de las XI Jornadas de la NEL

29 de Janeiro de 2020

29 de Janeiro de 2020

  Editorial Infans, es el Boletín que acompañará la preparación de las XI Jornadas de la NEL, “Lo insoportable de...

El misterio de los congresos – Mitra Kadivar (AMP)

26 de Janeiro de 2020

26 de Janeiro de 2020

Traducción: Ana Cecilia González Tengo la impresión de haber escuchado el nombre de Freud desde siempre, pero no fue hasta...

Puissance de la parole. Clinique de l’École – Entretien Laurent Dupont (ECF)

25 de Janeiro de 2020

25 de Janeiro de 2020

From L’Hebdo-blog    L’Hebdo-Blog : « Clinique de l’École », est le sous-titre de la journée. C’est équivoque n’est-ce pas ? Laurent Dupont : « Question...

Comments
Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

Esse site utiliza o Akismet para reduzir spam. Aprenda como seus dados de comentários são processados.