10 de August de 2020

La “sensibilitée intelligente”, où est-elle ? – Marcia Stival Onyszkiewicz (EBP)

La “sensibilitée intelligente”, où est-elle ?[1] Je commence ma participation au blog de l’AMP, en soulignant les échos extraits de…


La “sensibilitée intelligente”, où est-elle ?[1]

Je commence ma participation au blog de l’AMP, en soulignant les échos extraits de la vie quotidienne et qui me touchent intimement au point d’écrire.         L’estrait que je vous apporte aujourd’hui provient de réflexions et de lectures sur la situation du Brésil, en se basant sur la psychanalyse d’orientation lacanienne et de ce que je peux apprendre par l’art.

Reconnu pour ses beautés naturelles et favorisé par l’abondance de ressources énergétiques et environnementales, le Brésil a été mis en évidence dans le monde entier par d’autres facettes. Dans les différents médias sont diffusés de nombreux cas de corruption, le déclin continu de la croissance économique, le taux croissant  de chômage, les dégradations de l’écosystème, les actes imprégnés de violence… qu’explicitent une réalité choquante. Ainsi, un scénario se construit qui nous renvoie aux domaines politique, social, environnemental et économique, `a cause de preuves qui suscitent des réflexions. Cela parce que, les dimensions et les répétition de ces faits permettent que le signifiant “crise” soit l’un des plus présents dans les expressions des Brésiliens.

Je me tourne vers l’étymologie pour souligner que le mot “crise” vient du latin (crisis) et désigne un “moment où il faut décider si un sujet ou la poursuite d’une action doivent être maintenus, modifiés ou interrompus ; moment critique ou décisif”.[2]

Donc, si le signifiant “crise” demande des vérifications et des changement, il faut considérer que la plupart des mouvements qui visent à déchiffrer et même à résoudre les impasses de la contemporanéité ont recours au sens. Dans cette direction, se laisser tromper par son père est une voie inévitable. Il s’agit d’une recherche incessante pour trouver des réponses que les technosciences et les manifestations capitalistes nous fournissent. Les espaces ou les conseils thérapeutiques, les promesses véhiculées par le marketing et les informations en ligne qui mobilisent un grand nombre de personnes et dirigent les positions, en marquant que “la toute nécessité de l’espèce humaine était qu’il y ait un Autre de l’Autre. C’est celui-lá qu’on appele généralement Dieu […]”[3].

Cette recherche incessante de solutions demandées du nouveau maître n’empêche pas que chacun fasse face aux imprévus, em favorisant la rencontre avec ce qui n’a pas de loi et devant lequel on n’a pas de mots. Ainsi, j’estime que la désorientation liée aux déconnexions incessantes favorise aujourd’hui la présence du signifiant “crise” de manière illimitée.

Et par conséquence, nous voyons beaucoup de gens qui se posent, comme objet, débattant devant le réel, essayant de s’accrocher aux promesses enchanteresses.

De cette manière, la réalité choquante, la crise ininterrompue dans divers domaines et la recherche de sens nous rappelle une époque où la comptabilité domine, alliée dans certains cas à des mouvements visant la révolution. En conséquence, les expressions de désorientation sont de plus en plus variées.

“L’effort de poésie, c’est tout ce qu’il nous reste, quand l« Encore un effort pour être révolutionnaires » a été retiré de l’affiche. C’est pourquoi même l’effort de poésie apparaît suspect, suspect d’être l’écho de la Révolution.”[4]

Dans cet effort, ce qui est important est l’existence d’un mouvement pour toucher le parler. Ainsi, les événements pourraient faire revivre l’angoisse et, pour quelques un, faire de chaque “tremblement” une période qui va au-delà des plaintes ? Cette déstabilisation à partir de ce que le contexte met en évidence en mobilisant la subjectivité, permet-elle la vérification des limites des discours de la science et du capitalisme ?

Voici une direction qui considère la rupture, déplacée de l’impératif de tout couvrir et résoudre. Cela étant “Si les gens dénoncent ce qu’ils appellent l’intellectualisation, c’est simplement qu’ils sont habitués par expérience à s’apercevoir qu’il n’est nullement nécessaire  ni nullement suffisant de comprendre quelque chose pour que quoi que ce soit change.”[5]

Clarice Lispector (1920-1977)

Mais si le redémarrage devient important, surtout dans les moments difficiles, qu’il soit guidé par une sensibilité intelligente, comme le décrit Clarice Lispector. Contrairement à l’intelligence pure, dont l’écrivaine a profité, la sensibilité intelligente l’a guidée, a été importante pour elle pour vivre et comprendre les autres. Cette sensibilité intelligente serait-elle une disponibilité pour être en vie, sans rien attendre de sa part, guidée par la condition que chaque moment est unique et susceptible d’inventions ?

Mon pari suit cette perspective, qui conduit à réfléchir s’il y aurait une des grandes contributions des artistes aux psychanalystes : être en vie, en la construisant tous les jours. Cela suppose des prise de décision, des interruptions et des changements. Une perspective qui rend possible au psychanalyste de suivre son époque. Après tout, “L’analyste n’est pas l’indifférent, il n’est pas celui qui ne choisit pas, parce qu’il a une éthique. Le seul fait que Lacan ait cru pouvoir développer une éthique de la psychanalyse comporte qu’il y a un choix dans la position même de l’analyste. Remarquons que le mot éthiquen’est pas celui de moraleet qu’il inclut volontiers la politique.”[6]

Traduction en français: Antonia Claudete Amaral Livramento Prado.

[1]N.A.: “Sensibilité intelligente”, c’est le nom d’une chronique de Clarice Lispector. In: LISPECTOR, Clarice. Aprendendo a viver. Rio de Janeiro: Editora Rocco, 2004, pp. 224.

[2]Dicionário Michaelis online. In: http://michaelis.uol.com.br/moderno-portugues/busca/portugues-brasileiro/crise/

[3]LACAN, J. Le Semináire livre XXIII: Le sinthome.Paris, Éditions du Seuil, 2005, p. 128.

[4]MILLER, J.-A. Dix-neuvième séance du Cours: Un effort de poésie, le 11 juin 2003.http://jonathanleroy.be/wp-content/uploads/2016/01/2002-2003-Un-effort-de-po%C3%A9sie-JA-Miller.pdf

[5]LACAN, J. Je parle aux murs. Seuil, 2011,  p.38.

[6]MILLER, J.-A. Point de capiton. In: “La cause du désir” Nº 97. Paris, Navarin, 2017, p. 94.

Related Posts

La dignidad del síntoma – Andrea V. Zelaya (EOL)

31 de julho de 2020

31 de julho de 2020

[1] Me he servido de las líneas de reflexión presentadas en el IX Encuentro Americano de Psicoanálisis de la Orientación...

Entre el sentido y lo real, la improvisación – Omar Battisti(SLP)

24 de julho de 2020

24 de julho de 2020

texto original en Attualitá Lacaniana n° 22, traducido por Debora Liberman (Buenos Aires)   “Las casualidades nos  empujan a diestra...

 Víctimas del abuso en el verde paraíso de los amores infantiles* – Roberto Ileyassoff (EOL)

15 de julho de 2020

15 de julho de 2020

*(Texto correspondiente al posteo de Radio Lacan del 25-5-2015, en el marco de PIPOL 7) La prostitución infantil es execrable,...

Aguafuertes analíticas – Alejandra Breglia (EOL)

25 de junho de 2020

25 de junho de 2020

  El eco de los aplausos resuena, me sorprenden las nueve de la noche. Debería estar preparando la cena, pero...

Clorox & Parkz – Isolda Alvarez (NLS)

2 de junho de 2020

2 de junho de 2020

Psychoanalysts invest their lives re-inventing the ways in which they deal with their own versions of the real, what jouissance...

El despertador – Patricia Moraga (EOL)

6 de Maio de 2020

6 de Maio de 2020

¿Cómo puedo estar segura de que no estoy soñando? Podría ser que, ahora mismo, lo que creo que es realidad...

Banality of the Real – Bogdan Wolf (London Society-NLS)

6 de Maio de 2020

6 de Maio de 2020

It is not a secret that Count Johnson has been using services of various cunning advisers who stand behind his...

The Real of Analytic Abstinence – Geert Hoornaert, Belgium (KRING-NLS)

28 de Abril de 2020

28 de Abril de 2020

  from Lacanian Review Online After Freud pointed out that nothing can be killed in absentia or in effigy, Lacan...

UNA FANTASIA – Néstor Yellati (EOL)

23 de Abril de 2020

23 de Abril de 2020

publicado en Grama Ediciones #CrónicasXXI-31 Pertenezco al gran grupo de los indignados.  Si, mi indignación, como la de muchos, supero...

La sombra de una sociedad policial aún se cierne sobre el futuro – Óscar Ventura (ELP)

20 de Abril de 2020

20 de Abril de 2020

Publicado em Diario  – 13 de abril de 2020 Óscar Ventura lleva semanas atendiendo en Alicante las urgencias de sus...

El reto del sinsentido en la era digital – José R. Ubieto. Psicoanalista en Barcelona (ELP)

17 de Abril de 2020

17 de Abril de 2020

  En la era digital, el humor toma la delantera a lo cómico y al chiste. Millones de memes invaden...

Encontrar en el mismo impasse de una situación la fuerza vital del deseo – Marie-Hélène Brousse (ECF)

31 de Março de 2020

31 de Março de 2020

Traduccíon Karen Edelsztein   “Es la guerra contra el virus “. “Guerra”, este fue el punto de almohadillado en el...

¿Un mundo en cuarentena? – José R. Ubieto (ELP)

14 de Março de 2020

14 de Março de 2020

 El COVID-19 [1]es un nuevo nombre de lo real, eso que de entrada no tiene todo el sentido ya que ...

Ciencia y sueño – El sueño, el dormir y lo intraducible – Gustavo Stiglitz (EOL)

28 de Fevereiro de 2020

28 de Fevereiro de 2020

  “Todas las ciencias descansan en observaciones y experiencias mediadas por nuestro aparato psíquico; pero como nuestra ciencia tiene como...

Un análisis de las masas a partir de las modalidades del Uno, el plus de goce y el no-todo – Marcela Ana Negro (EOL)

4 de Fevereiro de 2020

4 de Fevereiro de 2020

En “Psicología de las masas y análisis del yo”, Sigmund Freud señala: “Habría que prestar atención a las masas de...

Comments
Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

Esse site utiliza o Akismet para reduzir spam. Aprenda como seus dados de comentários são processados.