3 de June de 2020

Les rêves, cela ne parle pas tout seul – Éric Laurent et Marie-Hélène Brousse

Page de PIPOL 9 – L’inconscient et le Cerveau – rien en commun Éric Laurent — C’est une formulation extraordinaire. Les…


Page de PIPOL 9 – L’inconscient et le Cerveau – rien en commun

Éric Laurent — C’est une formulation extraordinaire. Les rêves, cela ne parle pas tout seul. « Il est légitime que quelqu’un n’attende rien d’un rêve ». Le neuropsychologue affligé d’un rêve n’attend rien d’un rêve. Il faut simplement monter la dose du « truc » pour arrêter le rêve, c’est tout. Il attend que cela s’arrête. [rires]. « Il ne faut pas être indifférent au phénomène freudien » – ce qui est une formulation très subtile. Elle n’est pas exactement il faut être sous transfert, car il faut d’abord être en transfert avec le phénomène freudien pour attendre que son message revienne sous forme inversée dans le rêve, pour avoir une idée qu’on y est, qu’on est pris dans cette histoire. Il faut y consentir. Notre pratique consiste à ce que des gens consentent à ne pas être indifférents aux phénomènes freudiens.

Marie-Hélène Brousse — J’ai quand même l’impression qu’il y a, dans le phénomène du rêve, quelque chose qui pousse, qui va vers le transfert. Historiquement d’abord, car finalement, depuis les sociétés humaines, les gens racontent leurs rêves dans la littérature, dans les textes, etc. Donc il y a quelque chose qui pousse à trouver un interlocuteur. C’est pour cela que je trouve qu’il y a une adresse. Il arrive ainsi fréquemment que des gens qui ne sont pas en analyse racontent leurs rêves le matin : « Oh, tu sais, c’est dingue, j’ai rêvé de cela ! » Je crois qu’il y a dans le rêve quelque chose, qui a tendance, historiquement, contre laquelle va la science expérimentale, le neuro.

É. Laurent — On peut tout à fait soutenir que quelque chose du rêve va vers le transfert. C’est le versant de l’inconscient transférentiel ou du rêve transférentiel. Mais, la phrase « il est légitime que quelqu’un sujet n’attende rien d’un rêve » va plutôt vers l’idée qu’il pourrait y avoir coupure entre le rêve et le transfert. Les rêves ne poussent pas forcément vers le transfert. Toutes les civilisations ont connu le rêve, et beaucoup ont utilisé le rêve pour interpréter ce qui ne va pas, ce qui cloche, ce qui fait symptôme. Dans la mantique grecque, les rêves servaient à définir un traitement. Dans les temples dédiés à Esculape, la méthode consistait à faire dormir les gens dans des lieux réservés pour qu’ils bénéficient d’un rêve. On les mettait en condition, par des rituels et prières appropriées. Puis ils dormaient et la première chose qu’ils devaient dire le matin était le rêve que le dieu avait envoyé. Ce rêve définissait le traitement établi par le prêtre-médecin. Là, nous avons bien le rêve comme message qui permet d’opérer sur le symptôme.

Cela suppose un dieu, d’où la phrase de Lacan : « Il est important de rappeler que le rêve n’offre aucune expérience mystique ». Nous, justement, nous avons coupé les ponts avec les dieux, les dieux antiques puis ceux de la chrétienté. Le rêve freudien a fait taire les espaces infinis. Le message se soutient de lui-même. La science, elle, a fait un pas de plus : elle fait silence complètement. Le rêve se réduit à un effet incongru, de hasard, produit par le remaniement des circuits neuros lorsque le cerveau traite l’information de la journée. Cela surgit dans un incongru complet qui n’a aucun intérêt. Ce point de vue permet d’obtenir l’effet silence, et d’opérer la coupure entre le rêve et le transfert à un supposé savoir.

Il faut que nous-mêmes nous arrivions à rebrancher les sujets sur leurs rêves. Et d’ailleurs, quand un sujet entre en analyse, à partir du moment où il y a le transfert qui se met en route, nous avons tous ces phénomènes, par exemple celui de quelqu’un qui dit « vous savez, moi, je ne rêve jamais, mais c’est bizarre, hier soir j’ai fait un rêve ! et hop, cela commence. [rires] Le rebranchement transférentiel permet l’embrayage d’une adresse. Alors, le sujet commence à se reconnecter avec son inconscient, ce qui lui permet de savoir à peu près où il en est de son rapport entre désir et jouissance.

 

Extrait de la discussion de la Soirée de l’Association mondiale de Psychanalyse
qui a eu lieu à Paris le 28 janvier 2019 (à paraître dans le prochain numéro de La Cause du désir).

Related Posts

Sexuação: a não-identidade do sexo – (Much Ado about Nothing) – Enric Berenguer (ELP)

4 de Maio de 2020

4 de Maio de 2020

  Praticamente nenhum significante-mestre em nossa época resistiu à comoção daquilo que o “desconstrucionismo”, acreditando-se agente, foi apenas um sintoma...

The Clinical Study Days 13 (CSD13) – Isolda Alvarez and Juan Felipe Arango (NLS)

26 de Março de 2020

26 de Março de 2020

Jouissance: The stuff that dreams are made of, were successfully held on New York from February 21st to 23th,2020. Gratefully...

Entrevista a Eric Laurent por Raquel Cors Ulloa Parte 2

11 de Março de 2020

11 de Março de 2020

Raquel Cors Ulloa: Éric, usted en su reciente reflexión sobre tres encuentros entre lo femenino y la no relación sexual[1],...

Todo el mundo quiere éxtasis – Marisa Morao (EOL)

9 de Março de 2020

9 de Março de 2020

    Comentario sobre el artículo Why Do We Think Suffering Is Good for Us? publicado en https://www.nytimes.com/2019/03/07/opinion/ketamine-depression.html Un enfoque...

Isak Dinesen, A feminilidade e a letra – Miquel Bassols (ELP)

1 de Março de 2020

1 de Março de 2020

  A relação entre a feminilidade * e a letra[1] foi colocada por Jacques Lacan em inúmeras ocasiões ao longo...

La máquina de grabar los sueños y su ininterpretable – Marga Auré (ECF)

15 de Fevereiro de 2020

15 de Fevereiro de 2020

  Si Freud ve en los sueños la vía real de acceso al inconsciente, la ciencia también se ha interesado...

The Feminine Uncanny, Saying the unsayable – Marcela Antelo and Iordan Gurgel (EBP)

14 de Fevereiro de 2020

14 de Fevereiro de 2020

translated by Marcela Antelo reviewed by Nicholas Csergo  and Gary Marshall 23rd Brazilian Encounter of the Freudian Field / 20th...

Le féminin unheimlich, Dire l’indicible – Marcela Antelo et Iordan Gurgel (EBP)

9 de Fevereiro de 2020

9 de Fevereiro de 2020

Traduction : Nicholas Csergo Révision : Pierre Louis Brisset Présentation de la XXIII Rencontre Brésilienne du Champ Freudien Le féminin est...

BOOMERANG – Beatriz Gonzalez-Renou (ECF)

9 de Fevereiro de 2020

9 de Fevereiro de 2020

HEBDO-BLOG Ce texte est un extrait de l’intervention de Beatriz Gonzalez-Renou à « Question d’École », le 1er février 2020. Si dès...

Infans #0 – Boletin de las XI Jornadas de la NEL

29 de Janeiro de 2020

29 de Janeiro de 2020

  Editorial Infans, es el Boletín que acompañará la preparación de las XI Jornadas de la NEL, “Lo insoportable de...

El misterio de los congresos – Mitra Kadivar (AMP)

26 de Janeiro de 2020

26 de Janeiro de 2020

Traducción: Ana Cecilia González Tengo la impresión de haber escuchado el nombre de Freud desde siempre, pero no fue hasta...

Puissance de la parole. Clinique de l’École – Entretien Laurent Dupont (ECF)

25 de Janeiro de 2020

25 de Janeiro de 2020

From L’Hebdo-blog    L’Hebdo-Blog : « Clinique de l’École », est le sous-titre de la journée. C’est équivoque n’est-ce pas ? Laurent Dupont : « Question...

Lo insoportable de la infancia – Entrevista a Eric Laurent (primera parte)

24 de Janeiro de 2020

24 de Janeiro de 2020

XI JORNADAS DE LA NEL BOGOTÁ, 23, 24 Y 25 DE OCTUBRE DE 2020 VIDEO  

Beyond Ontology – Esthela Solano-Suárez (ECF)

24 de Janeiro de 2020

24 de Janeiro de 2020

“To interpret, here the word fails, and it should be substituted with another, such as to circumscribe, to attest”[1]. This...

Comments
Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

Esse site utiliza o Akismet para reduzir spam. Aprenda como seus dados de comentários são processados.